Un écossais à Marseille

Steven Fletcher, un Ecossais à Marseille

Son arrivée à Marseille lors de la toute dernière journée du mercato d’hiver a surpris beaucoup de monde. Aussi inconnu que sous-coté, Steven Fletcher pourrait se révéler être le profil qui fait si cruellement défaut à l’attaque de l’OM depuis le début de saison. Décryptage.


Avec sa barbe de hipster et ses implants capillaires, on pourrait le prendre pour l’ancien batteur de Nirvana ou un candidat de téléréalité. Mais Steven Fletcher n’est ni Dave Grohl ni Loïc de Secret Story 9. Non il n’est qu’un simple footballeur, qui s’est quelque peu perdu à Sunderland où il alterne le bon et le moins bon depuis trois saisons. Mais ne vous y détrompez pas, l’attaquant écossais est un vrai bon joueur. Vaillant et généreux dans l’effort, il pourrait apporter à Marseille cette simplicité qui manque tant à son jeu, sans oublier une touche de rock’n roll qui va contraster avec l’omniprésence de Jul au sein du vestiaire phocéen. Non Steven Fletcher n’est pas l’attaquant dont rêvaient les supporters de l’OM. Mais son arrivée à tout de la bonne idée. Fletcher à l’OM, c’est vrai que sur le papier c’est improbable, mais dans les faits, le cocktail pourrait être particulièrement détonnant. Et dans une Ligue 1 aseptisée, Steven Fletcher pourrait apporter un réel vent de fraîcheur.


Au service de son collectif


Interviewé en mai 2014 par l’excellent Romain Molina, John Collins évoque rapidement Steven Fletcher qu’il a eu sous ses ordres à Hibernian en 2006-2007. L’ancien joueur de l’AS Monaco dresse le portrait d’un attaquant complet, doté de qualités techniques indéniables et qui a su travailler son physique pour répondre aux exigences du haut niveau. A posteriori, les propos de l’entraîneur écossais font écho à la situation de l’OM. « C’est quelqu’un qui peut marquer des buts, contrôler de la poitrine dos au but, garder le ballon et le donner aux milieux ». Habile balle au pied et mobile, Steven Fletcher pourrait être le profil dont les phocéens ont réellement besoin et qui pourrait fluidifier un jeu qui manque cruellement d’inspiration. Avec l’attaquant écossais, les hommes de Michel auraient enfin ce point d’appui en pointe autour duquel le projet tactique marseillais pourrait se mettre en place. Avec le ballon, sa capacité à décrocher pourrait ainsi offrir une solution de passe à des milieux qui ont souvent du mal à ouvrir le jeu dans la verticalité. Marseille gagnerait surtout en maîtrise axiale, permettant ainsi d’attirer ses adversaires au cœur du terrain pour mieux ouvrir des espaces sur les côtés que la vitesse de profils comme Sarr, Cabella, Alessandrini ou Nkoudou pourrait permettre d’exploiter. A la différence d’un Michy qui porte beaucoup le ballon et qui combine peu avec ses milieux, Steven Fletcher pourrait se mettre au service du collectif et devenir le profil qui ouvre des espaces à ses coéquipiers. Ce dont Marseille a le plus besoin.


Apporter de la variété à Marseille


Pour une équipe phocéenne qui a du mal dans le jeu au sol face à des défenses regroupées, notamment au stade Vélodrome, le jeu de tête de Steven Fletcher pourrait s’avérer être une aide précieuse. Les attaques marseillaises, souvent trop latérales pourraient ainsi gagner en verticalité. Son mètre 85 peut alors offrir à l’OM la capacité d’allonger le jeu. Si l’on poursuit l’analyse de John Collins, Steven Fletcher est un attaquant autour duquel on peut construire un projet tactique. La vision du jeu d’un joueur comme Lassana Diarra et la palette technique de Mauricio Isla pourraient alors permettre d’utiliser la puissance aérienne de Steven Fletcher. Avec lui, l’OM pourrait toucher plus rapidement la surface de réparation, et espérer récupérer les ballons en second rideau en comptant sur la présence de la ligne de trois soutenant l’attaquant dans le 4-2-3-1 utilisé par Michel. Dans des matches souvent fermés au Vélodrome, cette capacité à trouver rapidement la verticalité et la pointe de son attaque, peut s’avérer être précieuse pour l’Olympique de Marseille. D’autre part, Steven Fletcher est capable de « marquer de la tête, prendre la profondeur » toujours selon Collins. Il ressort par conséquent que Fletcher n’est pas qu’un joueur qui brille dans l’art de la remise. Son profil peut apporter une réelle variété à l’OM. Pour une équipe qui utilise régulièrement le même schéma, celui de la vitesse et de la percussion en un contre un sur les côtés, cet atout pourrait se révéler être redoutable. Fletcher est un attaquant complet. Sa capacité à peser dans la surface de réparation pourrait doter les ailiers marseillais d’une fonction qu’ils ont perdu par rapport à la saison dernière, celle de créer le déséquilibre dans la défense adverse par le dédoublement et la possibilité de centrer. Fletcher pourrait densifier une surface de réparation souvent laissée vide par le secteur offensif phocéen. Face à des adversaires denses dans l’axe, l’impact aérien de Fletcher, aussi bien sur du jeu long depuis les milieux relayeurs que sur des centres venant des combinaisons entre ailiers et arrières latéraux, pourrait apporter une réelle solution offensive à une attaque phocéenne régulièrement en panne au Vélodrome.


La complémentarité avec Michy


La question que pose évidemment l’arrivée de Steven Fletcher, c’est celle de la place de Michy Batshuayi. Que le Belge ne s’affole pas, il devrait rester titulaire dans l’esprit de Michel. La hiérarchie place à l’heure actuelle l’Ecossais derrière l’ancien buteur du Standard de Liège. Pourtant, si l’on y regarde de plus prêt, les deux profils pourraient se compléter et évoluer ensemble. Buteur prolifique cette saison, Michy est néanmoins critiqué pour son manque d’implication dans le collectif. Certainement frustré par le peu de ballons qu’il touche au cours des matches de l’OM, l’attaquant Belge voit en chaque action où il est trouvé le moyen de briller en marquant. Résultat, le meilleur buteur phocéen porte trop le ballon, et ne pèse réellement sur les défenses adverses. Alors que Michy est un attaquant qui sauve par ses statistiques des performances globalement moyennes, Fletcher est quant à lui un attaquant précieux pour ses équipes, malgré une efficacité face au but assez moyenne, à relativiser au vue des clubs où il a évolué. Deux profils de jeu et d’attaquant différents donc, qui pourraient s’apporter mutuellement et faire profiter de leur complémentarité à l’OM. Au-delà de ça, c’est surtout une complicité tactique qui pourrait ressortir d’une association Michy – Fletcher. Fletcher par sa mobilité et ses déplacements, pèse énormément sur les défenses adverses et les épuisent. Une fatigue provoquée par l’Ecossais dont le Belge pourrait profiter par sa capacité à jouer entre les lignes et à faire la différence par sa vivacité et ses qualités techniques. Avec Fletcher, Marseille pourrait enfin utiliser les qualités de Batshuayi. Mettre l’Ecossais à ses côtés, pourrait permettre au Belge de retrouver la liberté dont il a besoin pour s’exprimer. Michy et Fletcher, deux profils complémentaires et loin d’être incompatibles. Une potentielle complicité dont l’OM pourrait profiter si Michel venait à les faire jouer côté à côté dans un 4-4-2 à plat ou un 4-4-1-1 au sein duquel le Belge serait en position de 9 et demi.

Le jour de l’arrivée de Fletcher, beaucoup de critiques ont pu être émises à l’encontre de l’attaquant. Que de prétentions de la part de supporters ou d’observateurs qui ont jugé l’Ecossais sans jamais l’avoir vu jouer ! Qui sommes-nous pour nous moquer d’un attaquant globalement apprécié en Angleterre ? Dans quelle situation est l’OM pour faire la moue au moment où un bon attaquant de Premier League intègre son collectif ? Après tout, un attaquant honnête de BPL ne peut-il pas faire un très bon joueur de Ligue 1 ? Laissons le temps à Steven Fletcher de démontrer ses qualités. Ne jugeons pas trop tôt et soyons patient à l’égard d’un joueur qui pourrait apporter beaucoup à un OM en grande difficulté cette saison. La situation dans laquelle est le football français ne nous permet pas de faire la fin bouche au moment où des joueurs de cette qualité arrivent chez nous.

Il a l’esprit rock’n roll. Il arrive dans un effectif où la plupart des joueurs sont fans de Jul. Il travaille pour le collectif. Il intègre un groupe où l’ensemble des joueurs à vocation offensive joue avant tout pour eux, sans réellement penser à l’esprit d’équipe. Sur le papier, Steven Fletcher à l’OM, ça a de quoi dérouter. Mais c’est cette singularité qui pourrait devenir sa force. Sa générosité, son altruisme et son intelligence jeu pourraient très vite apporter au projet tactique de Marseille, tout ce dont il manque. Et si finalement, la remontée marseillaise passait par l’arrivée de Steven Fletcher ?


Gaël Simon


ce site a été créé sur www.quomodo.com