Edito : Didier Deschamps ne doit pas prendre Raphaël Varane

Didier Deschamps ne doit pas prendre Raphaël Varane

La nouvelle est tombée ce week-end, victime d’une lésion musculaire à la cuisse, Raphaël Varane devrait être forfait pour les quatre prochaines semaines. Le défenseur du Real Madrid devrait ainsi manquer la finale de la Ligue des Champions ce samedi avec son club et le début de l’Euro en France avec sa sélection. Un coup dur pour une défense de l’Equipe de France déjà fragilisée par les absences de Mamadou Sakho ou Kurt Zouma et qui a montré des signes de faiblesse lors des derniers matches amicaux contre les Pays-Bas et la Russie. A 3 semaines de l’Euro, Didier Deschamps perd ainsi le patron de son arrière-garde, celui autour duquel il a construit son équilibre et le joueur auquel il a confié la charge de la première relance. Comme en 2014 avec Franck Ribéry, le sélectionneur va devoir alors faire un choix. Prendre Varane en espérant un prompt rétablissement de ce dernier ou bien le laisser de côté et construire avec une autre charnière centrale. Et aussi bien pour préserver la vie de groupe que pour assurer la solidité de son axe défensif, Didier Deschamps a intérêt à se passer de Raphaël Varane.


Depuis son arrivée à la tête de l’Equipe de France en 2012, Didier Deschamps a eu un seul maître-mot : la préservation de la vie du groupe. Que ce soit pour la Coupe du Monde 2014 ou l’Euro 2016, Didier Deschamps a construit sa sélection en fonction du collectif et de son entente. Pour l’ancien entraîneur de la Juventus, le groupe doit bien vivre et l’entente doit y être cordiale. L’Equipe de France doit véhiculer l’image d’un collectif stable et serein. Gardant le souvenir de sa dernière saison à l’OM plombée par les rivalités internes, Didier Deschamps a en effet toujours privilégié la préservation de son groupe à l’argument sportif. Dans le cas Varane, la meilleure façon de protéger le groupe France est de faire d’or et déjà le choix de laisser le défenseur madrilène hors de la sélection. Appeler Varane et attendre son hypothétique rétablissement durant l’Euro, c’est prendre le risque de fragiliser un groupe qui ne se poserait que la question de son retour. Comme cela a été le cas en 2008 avec Patrick Vieira. Affaibli par de nombreuses blessures, le capitaine de l’Equipe de France avait été sélectionné par Raymond Domenech pour l’Euro en Belgique et en Suisse. Un choix qui avait pourri la vie d’un groupe qui n’avait pas su se mettre dans la compétition, n’attendant que le retour de son leader mental pour gagner en sérénité. L’instabilité qu’engendre l’absence d’un leader de jeu quand même appelé dans le groupe peut être néfaste pour une sélection. Prendre Varane reviendrait à instaurer une part d’hypothétique dans un groupe qui a besoin de certitude et de concret. Laisser Varane de côté est le meilleur moyen de protéger la vie du groupe. Deschamps doit faire un choix avant la compétition pour éviter que le groupe se pose des questions qui pourraient fragiliser son équilibre global.


Sur le plan sportif, l’absence de Varane affaiblirait évidemment une défense déjà moyenne depuis quelques temps, mais pourrait au final être un mal pour un bien. Depuis 2 ans, Didier Deschamps a installé Raphaël Varane comme le patron de son arrière garde. Or depuis quelques matches, le défenseur du Réal s’est montré moins rassurant qu’à ses débuts. Emprunté dans les duels, bousculé physiquement et moins efficace à la relance, l’ancien lensois a affiché des signes de stagnation voire de régression. Celui que Deschamps a institué en leader ne s’est pas imposé comme le patron de l’arrière garde. Son absence pourrait alors permettre à d’autres de s’affirmer parmi lesquels Adil Rami qui a été rappelé par le sélectionneur ce lundi. Un choix qui pourrait amener du caractère à une défense qui manque de leaders. A l’image de sa sortie médiatique la semaine dernière sur sa non-sélection, Adil Rami va apporter une hargne et une volonté qu’il a parfois manqué aux Bleus dans le secteur défensif. Adil Rami vient pour prendre la place d’un Raphaël Varane auquel on a souvent reproché d’être trop lisse. Ayant certainement discuté avec Deschamps et évoqué sa sortie médiatique avec lui, Adil Rami pourrait s’intégrer rapidement au groupe tout en y important son autorité et son expérience. Sur le plan technique, le défenseur sévillan pourrait de plus résoudre les problèmes d’agressivité de l’arrière-garde française. Fragile dans le jeu aérien, notamment sur coup de pied arrêté, la défense des Bleus pourrait gagner en solidité avec la taille et l’impact dans les duels de Rami. Ce dernier pourrait également se charger de la relance dans la verticalité dont il peut parfois faire défaut à l’équipe. Habitué à évoluer dans une équipe joueuse qui relance au sol de derrière avec le FC Séville, Adil Rami peut s’installer en tant que responsable de la première relance et soulager un milieu de terrain dont la qualité première n’est pas l’art de la passe. Si l’absence de Varane parait préjudiciable dans un premier temps, son remplacement par Adil Rami peut s’avérer être très positif.


La sélection de Rami à la place de Varane s’impose comme la meilleure idée sur le plan sportif. Cependant elle envoie un message clair à Samuel Umtiti ainsi qu’aux réservistes. Prendre Rami plus qu’Umtiti reviendrait à favoriser l’aspect sportif à l’aspect humain. Le choix de sélectionner Rami témoigne aussi d’une erreur de Didier Deschamps dans la composition de sa liste et surtout de ses réservistes. Connaissant la fragilité physique d’un Raphaël Varane qui s’était déjà blessé lors du dernier rassemblement des Bleus, Didier Deschamps aurait dû anticiper les évènements en convoquant un défenseur droitier dans sa liste de réserviste en plus de Samuel Umtiti sachant que Jérémy Mathieu et Eliaquim Mangala, tous deux gauchers étaient déjà dans la liste. D’habitude pragmatique et prévoyant, Didier Deschamps a ici commis une de ses premières erreurs de management depuis 2012. Sportivement, prendre Adil Rami apparait comme la meilleure option pour Didier Deschamps. Mais sa sélection doit conduire à une discussion du sélectionneur avec ses réservistes et plus particulièrement avec Samuel Umtiti qui se retrouve être la principale victime du retour d’Adil Rami.


Didier Deschamps à jusqu’au 31 mai prochain, date de l’annonce définitive de la composition de la liste qui ira à l’Euro, pour faire un choix. Mais il ressort clairement que la meilleure façon de préserver la vie du groupe mais aussi de régler les problèmes de la défense française est de laisser de côté Raphaël Varane et de permettre à Adil Rami de s’installer derrière aux côtés de Laurent Koscielny. Une situation complexe pour Didier Deschamps qui a la chance dans son malheur d’aborder cinq rencontres favorables (Cameroun, Ecosse, Roumanie, Albanie et Suisse) au cours desquelles il pourra mettre en place sa nouvelle charnière centrale avant qu’elle ne doive affronter de plus grosses adversités.

 

Gaël Simon

ce site a été créé sur www.quomodo.com